Venger une défaite en finale: une occasion de plus en plus rare dans la LNH

Les Panthers de la Floride auront une deuxième chance consécutive de remporter la coupe Stanley, après leur échec en finale de l’an dernier, ce qui ne s’est pas vu depuis 15 ans dans la Ligue nationale de hockey (LNH). 

Avec la parité qui s’est installée dans le circuit Bettman, plusieurs équipes ont de bonnes chances d’aspirer aux grands honneurs chaque saison. Depuis la fin de l’époque des six formations originales, en 1967, quatre autres clubs seulement ont rebondi après une défaite en finale.

• À lire aussi: Coupe Stanley: ces équipes du pays qui ont manqué le bateau

• À lire aussi: LNH: une cuvée de repêchage qui vaut de l’or

• À lire aussi: Dernière participation des Oilers en finale: 9 choses qui se sont passées en 2005-2006

C’est ainsi le cas des Panthers, vaincus en cinq matchs par les Golden Knights de Vegas au printemps 2023. Cette année, ce seront les Oilers d’Edmonton qui tenteront de leur mettre des bâtons dans les roues.

Voici les autres tentatives de vengeance en finale, fructueuses ou non, des 56 dernières années.

Penguins de Pittsburgh (2009)



Photo Reuters, JASON COHN

Les séries de 2008 et 2009 ont la particularité d’avoir vu les deux mêmes formations s’affronter en finale. Après avoir été battus en six matchs par les Red Wings de Detroit, les Penguins ont de nouveau tenté leur chance face aux puissantes troupes de Mike Babcock.

Avec Dan Bylsma derrière le banc après le congédiement de Michel Therrien, les «Pens» ont été presque imbattables dans la dernière ligne droite de la saison régulière. Ce fut difficile contre les Wings, mais le doublé héroïque de Maxime Talbot lors du septième match a permis à Sidney Crosby et sa bande de rentrer à Pittsburgh avec la coupe.

Oilers d’Edmonton (1984)



Venger une défaite en finale: une occasion de plus en plus rare dans la LNH


Photo Agence QMI, Edmonton Sun

Un quart de siècle plus tôt, la dynastie des Oilers s’est amorcée dans des circonstances semblables. Balayés en grande finale par les Islanders de New York l’année précédente, les représentants de l’Alberta ont mis un terme à la domination de Mike Bossy, Bryan Trottier, Denis Potvin et compagnie en 1984.

Menés par un jeune Wayne Gretzky, les Oilers ont défait les «Isles» en cinq parties. Edmonton ne s’est pas gêné non plus en inscrivant pas moins de 19 buts dans les trois derniers affrontements.

Bruins de Boston (1978)



Venger une défaite en finale: une occasion de plus en plus rare dans la LNH


Photo d’archives, Getty Images, DENIS BRODEUR

En 1977 et 1978, les Bruins menés par Don Cherry ont été les malheureuses victimes des succès éblouissants du Canadien de Montréal. Le Tricolore était au beau milieu d’une séquence de quatre coupes et personne ne pouvait l’arrêter.

Humiliés en quatre matchs de la finale au cours desquels ils ont été limités à six buts, les Bruins sont revenus plus forts en 1978. Ils ont remporté deux matchs, mais le Canadien a néanmoins triomphé, plantant le dernier clou dans leur cercueil au cours du sixième duel au Boston Garden.

Blues de St. Louis (1969 et 1970)



Venger une défaite en finale: une occasion de plus en plus rare dans la LNH


Photo d’archives

Si vous pensiez que la situation des Bruins était crève-cœur, détrompez-vous! Les Blues ont perdu trois fois de suite en finale sous Scotty Bowman et leurs partisans ont dû attendre à 2019 pour voir leurs favoris enfin défiler dans les rues avec la coupe Stanley.

Les Blues ont surtout été balayés chaque fois en finale. Le Canadien leur a fait le coup en 1968 et 1969. La deuxième année, Rogatien Vachon a été brillant devant la cage montréalaise en n’accordant que trois buts.

Le scénario aurait pu être différent en 1970 contre les Bruins, mais Boston a aussi conclu la série promptement. C’est d’ailleurs cette année-là que Bobby Orr s’est envolé après son but en prolongation du quatrième duel.



#Venger #une #défaite #finale #une #occasion #rare #dans #LNH

Leave a Comment